The geek side

Présentez-vous

Je suis Cyrille Ghesquière, trésorier ou Grand Dragon comme on l’appelle dans l’association The Geek Side. J’ai rejoint cette association en 2012 peu après sa création.

 Présentez-nous l’association « the Geek Side »

The Geek Side est une association loi 1901 dont l’objectif est la promotion des cultures de l’imaginaire, ou cultures geeks, sous toutes ses formes. Elle a été créée en 2011 et organise tous les mois des conférences – rattrapages_geek – sur des thématiques propres à notre communauté dans le but de les faire découvrir au plus grand nombre. Nous participons également à des festivals (salon Fantastique, Oll’Games, etc.) à travers des jeux (quiz et autres), toujours dans une optique de partage des cultures de l’imaginaire sous une forme plus ludique que des conférences.

Comment est venue cette idée ?

N’étant pas à l’origine de la création de l’association, je ne peux répondre exactement à cette question. Néanmoins, le but premier était de fédérer des bénévoles dans le cadre de deux projets : la fabrication de décors pour l’ouverture du Dernier Bar avant la Fin du Monde et l’organisation du contenu du festival Geekopolis ; deux projets qui tenaient à cœur à un petit nombre de personnes, dont la présidente de l’association depuis sa création, LadyFae, également chanteuse dans les groupes Belyscendre et Naheulband.

 Quel est le rôle des bénévoles au sein de l’association ?

L’association compte une grosse vingtaine de membres actifs, tous très impliqués dans son fonctionnement.
Une grande partie des bénévoles ont un rôle dans nos différents projets (organisation des conférences, mise au point de nos jeux pour les festivals, participation à l’organisation de festivals, sorties culturelles, etc.). Lors de notre assemblée générale, chacun apporte ses idées pour l’année, et ce, sur quoi il souhaite se concentrer. Par la suite, nous pouvons travailler en petits groupes sur certains sujets ou en faisant appel à tout le monde si besoin.

 Combien de temps un bénévole consacre-t-il à l’association par semaine ?

C’est très variable en fonction de l’actualité et des groupes de travail, par exemple avant la tenue d’un festival où nous avons un stand nous pouvons y consacrer plusieurs heures chacun par semaine. De même, nous concevons également des jeux pour le Dernier Bar avant la Fin du Monde sur la thématique du mois et cela occasionne souvent des longues soirées de brainstorming les quelques jours précédant la sortie. Comme nous sommes répartis sur le territoire, nous travaillons le plus souvent en ligne via des outils collaboratifs, groupe Facebook ou forum Discord.

Pouvez-vous nous citer les évènements que vous organisez ?

Pendant 3 ans (de 2013 à 2015), nous avons organisé le festival Geekopolis sur Paris qui était à l’époque la principale convention geek généraliste et rassemblait plusieurs milliers de personnes. Ce festival se voulait être la cité des geeks où toutes les tendances étaient représentées (fantasy, steampunk, manga, science-fiction, informatique et technologie, science dure, etc.)

L’association avait pour rôle de concevoir le contenu, trouver des invités, des thèmes de conférences, concevoir une partie des décors, etc.

Depuis, nous avons notre rendez-vous mensuel au Dernier Bar (et plus récemment en médiathèque dans ma commune) avec nos rattrapages_geek.

Nous cherchons à présenter en 2 heures une thématique à faire découvrir. Cela peut aller du jeu de rôle à Dr Who, en passant par le mythe de Cthulhu, les manga, le bitcoin ou l’informatique libre. Pour cela, nous faisons appel soit à un membre de l’association, soit à une personne extérieure. Il arrive également que nous proposions de faire cela sous forme d’atelier.

Quels ateliers proposez-vous ?

Lorsque cela s’y prête, nos rattrapages_geek peuvent se dérouler sous cette forme. Nous en avons eu sur la conception traditionnelle japonaise des bento, ainsi que sur la fabrication de décors et peintures pour jeux de figurines.

Nous avons également eu l’occasion, grâce à un partenariat avec Nanoblock France, de proposer des montages lors de festivals, dans ce cas ouverts à tous les festivaliers, ou entre membres de l’association. En effet, dans le cadre du partenariat, Nanoblock nous fournissait leur dernière collection pour que nous les montions et qu’ils puissent les présenter lors d’évènements.

Enfin, sur nos stands en festival, nous proposons parfois des ateliers, comme lors des derniers Oll’Games où l’un de nos membres animait un stand de fabrication de baguettes de sorcier.

 Quelle est l’originalité du Dernier Bar avant la fin du monde ?

Ce bar n’appartient pas à l’association, mais il est très lié à certains membres à l’origine de l’association et il est né d’une démarche commune, à savoir la promotion de la culture geek au plus grand nombre, mais également proposer un lieu où les geeks puissent se retrouver entre eux.

Le Dernier Bar avant la Fin du Monde, en référence au Guide du Routard galactique de Douglas Adams, se situe à Paris, 19 avenue Victoria, derrière le théâtre du Châtelet.

C’est le premier espace d’expression des cultures de l’imaginaire en plein cœur de Paris.

C’est un bar de plus de 400 m² pensé par des passionnés de science-fiction, de fantasy, de manga, de séries télévisées, de cinéma et de littérature fantastique. On peut s’y installer pour lire, partager un verre, jouer, se restaurer, partager sa passion pour les cultures de l’imaginaire.

Depuis 2015, une antenne à Lille s’est ouverte à deux pas de la Grand’Place.

Où trouvez-vous vos sources d’inspiration ?

Par la curiosité et la passion qui nous poussent à sans cesse nous intéresser à beaucoup de choses. Pour ma part, c’est souvent par la lecture de revues et sites d’informations scientifiques, ainsi que beaucoup de romans de SF et fantasy. D’autres sont plus passionnés par les comics, les manga, les séries TV, le cinéma, etc.

 Pouvez-vous nous citer quelques histoires et légendes

Je ne sais pas si l’on peut réellement parler d’histoires ou de légendes particulières. Comme je disais, c’est plus un univers de rencontres et d’échanges, que ce soit avec des spécialistes de supraconductivité venus faire des expériences de lévitation, des comédiens de web-séries ou de simples passionnés.

On tire de tout cela une certain philosophie de vie, à savoir, comme le dit très justement notre présidente : « La norme de notre société affirme que le bonheur vient de la consommation et de l’individualisme. La science-fiction et l’expérience de l’association montrent plutôt que c’est le collectif et l’imagination qui rendent heureux. »

Avez-vous des projets pour l’avenir ?

Nous n’avons pas de gros projets comme ce fût le cas avec le festival Geekopolis. En dehors de notre activité habituelle, nous avons quelques projets en carton, comme la mise en ligne d’un quizz balayant la culture geek. Nous avons déjà un stock de plus de 2500 questions, mais c’est un projet qui prend du temps pour être mis en place.

Nous continuons par contre à étendre nos rattrapages_geek en les proposant également dans d’autres lieux (médiathèques par exemple).

Quel est votre plus beau souvenir au sein de l’association ?

Je dirais la seconde édition du festival Geekopolis en 2014 où j’étais responsable du quartier Teklab, dédié à l’informatique et aux sciences. Ce fût beaucoup de travail avec des associations, des scientifiques, des passionnés… Pour quelqu’un de naturellement plutôt asocial, ce fût une prise de risque pour sortir de ma zone de confort et l’occasion de belles rencontres.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans cette association ?

Pour la communauté des geeks, qui a historiquement été moquée et mal considérée par le grand public (c’est moins vrai maintenant mais le sens du mot a également évolué), cette association offre une sorte de reconnaissance. Loin de se limiter à un entre-soi qu’elle pourrait facilement développer, l’association est au contraire ouverte sur les autres et cherche à faire découvrir son univers aux autres.

En trois mots, je dirais : curiosité, partage et imaginaire.

Qu’est-ce que cette association vous a apporté personnellement ?

Personnellement, j’y ai gagné en confiance en moi. Que ce soit pendant l’organisation de festivals ou l’animation de conférences, j’ai beaucoup progressé dans un domaine où je manquais d’expérience. Et bien sûr je ne compte pas toutes les belles rencontres que j’ai eu l’occasion de faire.

Quelles sont les démarches à effectuer pour rejoindre l’association 
The Geek Side en tant que bénévole ?

Le plus simple, c’est de venir nous rencontrer lors de l’un de nos rattrapages_geek. Ils se tiennent tous les 4e samedi de chaque mois de 14h à 16h au Dernier Bar avant la Fin du Monde. Avec le confinement, en attendant que le bar puisse réouvrir, nous organisons les prochains sur des plateformes en ligne.

Le prochain se tiendra le 23 mai sur notre chaîne Twitch https://www.twitch.tv/the_geek_side/ et aura pour thème les fandoms.

You Might Also Like

Leave a Reply