Les traditions aux quatre coins du monde (partie 1)

      Bienvenue au Viêtnam

Cathy Mai :

« Le Viêtnam est un pays communiste où il y a trois enseignements : le Bouddhisme, le Catholicisme et l’Islam, où les fêtes sont très sacrées comme le Nouvel an Chinois – Vietnamien qui se fête fin janvier contrairement aux Cambodgiens, Thaïlandais et Laotiens qui le fêtent en avril. Chaque année, un animal différent est célébré ; cette année, nous fêtons le rat.

On le fête avec  un grand repas de famille où nous offrons une enveloppe rouge remplie d’argent : lì xì, symbole de longue vie et de bonheur.

Nous rendons également hommage aux morts avec un repas de famille ; nous préparons une petite table avec de la nourriture et les photos des personnes décédées, nous prions et remplissons un pot avec de l’encens afin de partager la nourriture à nos ancêtres, il faut attendre que l’encens soit consumé  pour aller manger.

Dans certaines paroisses vietnamiennes, il y a la fête du mi-automne, le 15e jour du 8e mois lunaire, pendant la pleine de lune. Ce jour-là, on prépare le gâteau de lune, fait avec de la pâte de haricots et un œuf salé.

Pour le jour du mariage,la mariée porte une robe traditionnelle (ao dai): un chapeau, une robe rouge et un pantalon blanc ou doré. Le rouge représente la chance et la fortune. L’or signifie la richesse, la prospérité et les souhaits.

Hors mariage, La couleur des ao dai peut être révélateur de l’âge et du statut de la femme.

Les jeunes filles portent du blanc qui symbolise leur pureté et les filles plus agées et célibataires portent des couleurs pastels.»       

 À la découverte d’un pays des Balkans

Uardaa Kulloli :

« En Albanie, la veille du Dita e Verës (La fête de l’été : le 14 mars), nous mettons un bracelet rouge ou blanc sur un arbre pour que les hirondelles rustiques puissent les prendre. Le lendemain, nous préparons le ballokume, un gâteau fait à base de maïs et d’œufs.

Dans la vie de tous les jours, nous faisons parfois un geste affectueux qui consiste à toucher son nez après avoir dit quelque chose de positif sur quelqu’un, cela signifie qu’on lui veut du bien et que nous lui souhaitons de la chance. Par exemple : « Je touche du bois !  » »

     L’Hindhoudïsme et ses secrets

Vijothtan Balachandran:

« Au Sri Lanka, dès la naissance, nous avons un astre qui définit notre vie, nous pouvons avoir des moments d’ascension et des moments difficiles en fonction de notre astre. Nous suivons beaucoup l’astrologie. Les mariages sont réalisés selon les compatibilités des astres ; certains couples ne peuvent pas se marier si leurs astres ne sont pas compatibles.

Il y a aussi beaucoup de divinités hindoues et chaque divinité à son propre pouvoir (fertilité, argent, amour, richesse, protection, force, etc.).

Je peux vous en cités quelques uns comme :Brahma, dieu créateur ; Vishnou, dieu préservateur ;Shiva, dieu destructeur ; Parvati, déesse épouse de Shivaet Ganesh, dieu protecteur du foyer.

Comme l’hindouisme est polythéiste, les fêtes sont nombreuses : ganeshchaturthi, pongai, holi et ugadi.

Le diwali est une fête très populaire en Inde : c’est celle des lumières, à l’occasion, nous nous offrons des cadeaux accompagnés d’un feu d’artifice. Il y a également la fête des couleurs qui marque la fin de l’hiver et début du printemps, elle est célébrée au coup de la pleine lune du mois de phalguna (février – mars).

Il y a aussi différents rituels ; lorsque quelqu’un meurt, un rite est respecté. Nous devons concevoir un plat et nourrir les corbeaux. L’aîné doit se raser le crâne et doit brûler le défunt  avant de lui casser le crâne.

Parmis les rituels , il y a aussi le mariage où La femme doit se faire un bindi, un petit point rouge sur le front. Ce mot est tiré d’un mot sanskrit qui signifie la goutte. Dans certaines régions de l’Inde, on l’appelle aussi sindur ou tilak. Autrefois, il était tracé au kumkum. (poudre fabriquée à partir des feuilles d’une fleur indienne).
Traditionnellement, il symbolise le troisième œil mystique d’une personne et son rapport avec le principe universel de la création. C’est un symbole de conscience, de bonne fortune et de festivité. »

   À la rencontre de la Pologne

Nolwenn Malinowski: 

«Les vêtements traditionnels polonais sont similaires à ceux des russes, on les mets pour danser la krakowiak.

 La boisson traditionnelle est la vodka , « woda » qui signifie  eau , la plus ancienne boisson de peuples slaves est la liqueur de miel ( miodpitny). 

Ne soyez pas surpris si vous êtes en Pologne le lundi de Pâques et que vous êtes arrosé au hasard avec de l’eau dans la rue,Śmigus-dyngus (également appelé le lundi humide).

Il y a aussi uune fête très importante en Pologne , La Noyade de Marzanna, elleest issue d’un rituel païen, les Polonais brûlent et noient une poupée en paille de la déesse slave Marzanna, grandeur nature, dans une rivière pour marquer la fin de l’hiver et célébrer l’arrivée du printemps.

On célèbre également le dragon de Wawel, selon la légende, cet animal fabuleux vivait dans une grotte située  à l’intérieur de la falaise sur laquelle s’élève la colline de wawel. »

You Might Also Like

Leave a Reply