Le secret de la cellule 3G10

Je suis allée à la rencontre d’un ancien détenu des établissements pénitentiaires français, pour des questions d’anonymat les noms, lieux et dates ne sont pas cités dans cet article  afin de respecter la vie privée.

Comment tout a commencé ?

Au début, ce n’était qu’une plaisanterie, un jeu entre amis. Comme la plus part des jeunes adolescents en recherche de prises de risques et en recherche d’adrénaline. Avec des copains, il commença à vendre des produits illicites pour s’offrir quelques fumettes gratuites. Puis Influencé par l’argent facile le jeu est devenu un commerce qui prit de plus en plus d’ampleur, il pouvait gagner jusqu’à deux milles euros par mois. Mais après trois ans cette insouciance c’est transformée en descente aux enfers.

Alors qu’il venait à peine d’être majeur, et après avoir été piégé par une mise sous écoute de la police, il est placé en garde à vue pendant quatre jours et séparé de ses amis. Harcelé psychologiquement, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus rien manger et après avoir été soigné à l’hôpital, il est placé en détention provisoire pendant 5 jours dans l’attente de jugement.

Lors du passage au tribunal, la sanction est tombée, immédiate et lourde pour une première condamnation, quatre ans de prison dont un an ferme, un an de sursis et deux ans de mise à l’épreuve ,avec obligation de contrôle mensuel par test d’urine de non consommation de produits stupéfiants, une obligation de travail ou de recherches et une interdiction de paraitre (interdiction d’aller dans sa ville d’origine).

La peine a été purgée à la prison de Fleury -Mérogis, la plus grande prison d’Europe. Tout d’abord dans une cellule primaire où on l’a mis nu pour prouver qu’il n’avait rien sur lui ; puis, il est resté quinze jours aux cellules des arrivants, avant le transfert dans la cellule 3G10 de 9 m carré.

Sur le site les reclus sont séparés par sexe et par âge dans des bâtiments distincts avec répartition par niveaux en fonction des catégories, par exemple :
1er et 2ème étage les travailleurs – détenus, le 3ème étage les détenus, et le 4ème étage l’isolement. Celui-ci est réservé aux violeurs, pédophiles, les assassins etc… Ils ont leur propre promenade et leur propre cellule.

Une anecdote à raconter ?

« La prison est basée sur le respect, par exemple quand quelqu’un rentre dans une salle fermée ou en promenade, il faut serrer la main à tout le monde sinon tu es mal vue.
Il y a aussi la mêlée,  c’est le rassemblement d’un groupe contre une personne ou plusieurs, j’ai assisté à un évènement horrible qui m’a empêché de sortir de ma cellule pendant trois semaines. Il y avait eu une bagarre entre deux personnes, deux autres très respectés sont venus les séparer c’est alors qu’un dès bagarreur a craché sur l’un deux, sur environ 450 personnes présentes, il y a eu peut être 150 à 200 qui sont venus pour le défendre. Personne n’est venu l’aider, les surveillants ne rentrent pas, il parle seulement  à l’interphone.

Pendant une heure, le corps de l’homme ne bougait pas, il avait le visage gonflé rempli de sang ; le garçon qu’il a tapé a mis son corps à côté de la porte et a toqué, les surveillants ont roulé son corps vers la sortie. Et depuis, on l’a  jamais revu.
La promenade c’est un autre monde. Avec mon codétenu, on s’est regardé et on s’est dit : «  plus jamais, ça nous arrivera pas, pas à nous. » »

Était-il  en contact avec des associations ?

Aidé par sa famille, il obtient une autorisation de sortie pour entrée en contact avec Wake up coffee, c’est une association qui aide les gens qui veulent s’en sortir et s’insérer, ils prennent rendez vous avec les familles et les prisonniers aux parloirs. Avec la directrice et sa tutrice, ils ont évoqué quels étaient ses projets d’avenir et sa passion de cuisiner. Ils ont cherché pour lui une formation et ainsi l’aidé dans la constitution d’un dossier d’aménagement de peine pour une sortie en semi liberté.

Sa deuxième permanence de sortie était pour un entretien d’embauche en alternance ; une semaine après, il a appris qu’il était pris par la formation.

Deux mois plus tard, il obtient un rendez vous devant un juge et un procureur  dans une salle à l’intérieur de la prison avec son avocat spécialisé dans les aménagements de peine et avec ces nouveaux éléments. Une semaine après et au vu de la nouvelle situation il obtient une réponse positive, mise en liberté conditionnelle avec bracelet électronique et une remise de peine de sept jours pour bonne conduite.

A sa sortie de prison à 6h du matin, il est allé directement à son nouveau domicile pour mettre le bracelet électronique. Les droits de sortie étaient réglés suivant sa formation 6h45 – 19h et le weekend 10h-16h.

Quel est son parcours professionnel après sa formation ?

Un peu plus d’un mois après, il pu enlever son bracelet, s’en suivi immédiatement la période de mise à l’épreuve de deux ans. Si la personne récidive  fait quelque chose de répréhensible par rapport à sa condamnation actuelle elle perd automatiquement son sursis (pour lui : 1 ans).

Pendant cette période et après avoir fini sa formation sur trois mois, il décida de se réorienter dans un autre domaine professionnel. Il s’est alors inscrit dans une école de commerce en alternance où il a obtenu son baccalauréat en accéléré. Après avoir enchaîné différents métiers, dans un garage automobile, commercial, livreur,  Il sentit le besoin d’indépendance  professionnelle, il est alors parti à la recherche de projet, de méthodes…et à ouvert sa propre entreprise.

Quels sont ses projets pour l’avenir ?

Avec l’aide de son amie,  ils écrivent un livre sur son histoire et  envisagent l’acquisition d’une maison. Professionnellement, il a en projet la création d’une boutique et de diversifié son entreprise par l’investissement dans de l’horlogerie ou de la pierre.

Regrette-il ?

Ce qui a été fait est fait cela fait partie de sa vie et du passé, il y a eu de bonnes choses et peut être que s’il ne serait pas allé en prison, il n’aurait pas eu cette maturité et n’aurait pas eu les mêmes idées. Et puis, son parcours inspire des jeunes gens dans son cas. La seule chose qu’il regrette c’est d’avoir fait confiance aux mauvaises personnes.

Voici un message qu’il aimerait partager :

«  Les gens qui font ça et qui ne sont jamais allés en prison, arrêtez ! Parce que c’est quelque chose qui n’a pas d’avenir, tu peux bien vivre avec cela mais tu ne peux pas devenir riche, tu perds seulement des années et c’est irréversible. Ceux qui viennent de sortir de prison et qui veulent continuer, ne le faites pas, acceptez l’aide des gens et surtout il faut avoir des exemples, des gens dans le même cas, ce n’est pas une erreur qui définit ta vie. Je tiens à ajouter qu’il ne faut pas le dire à tout le monde, mais il faut tout de même le garder en tête car c’est quelque chose qui fait partie de ta vie et il faut utiliser ça comme une force. »

You Might Also Like

Leave a Reply