Dans la peau d’une bipolaire (de type 2)

Présentez-vous

Je m’appelle Wendy, j’ai 22 ans. J’ai été diagnostiqué par plusieurs psychiatres en tant que bipolaire penchant borderline.

Expliquez nous votre maladie

Ma bipolarité s’est développée suite à plusieurs épisodes de dépression sévère. La bipolarité de type 2, c’est quand un individu a des phases maniaques qui peuvent se transformer en phases dépressives et qui peuvent également durer des jours comme des semaines voire des mois.

Le côté borderline que je possède est le fait de ne pas avoir de limite, c’est-à-dire qu’un individu diagnostiqué borderline a une addiction et ne peut s’en détacher. Par exemple, il peut être dépendant de l’alcool , du sexe,de la drogue, etc.

Comment avez-vous découvert que vous étiez atteinte de ces troubles de la personnalité ?

J’ai découvert que j’avais ces troubles de la personnalité suite à plusieurs hospitalisations notamment les résultats que j’ai obtenus après avoir passé le test de Rorschach et du T.A.T. (Thematic Apperception Test) et après de longues discussions avec les différents psychiatres que j’ai pu rencontrer.

* Le principe du T.A.T est de montrer des dessins figuratifs représentant des situations sociales variées et ambiguës, et de demander au sujet de raconter une histoire à partir de ces planches.

 Quels sont les symptômes ?

Cela dépend vraiment des différents cas. Pour ma part, j’ai des phases où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais je rechute simultanément pour des raisons que j’ignore, je me laisse tomber sans trop avoir l’envie de me relever.

 Je suis également passée par l’autodestruction pendant des années. J’ai différents symptômes tels que des envies suicidaires, une haute libido, un grand manque d’affection et des gains ou pertes de poids.

 Combien de crises avez-vous eu ? Avez-vous des anecdotes ?

J’ai énormément eu des crises.
Pour vous donner une petite anecdote, j’ai eu une crise suicidaire qui est tombée trois jours après mon anniversaire alors que tout allait bien. Je suis passée à l’acte sans même me dire que ce soir-là, je voulais mourir. Je me suis retrouvée aux urgences, puis attachée au lit dans une chambre d’isolement.

Quels sont vos comportements pendant vos crises ?

Ces maladies peuvent se voir physiquement avec les addictions (drogue, alcool, etc.) mais ne sont tout de même pas perceptibles à l’œil nu.
Les crises dépendent des personnes et de l’évolution de la maladie. Pour ma part, je pleure, je tremble, je suis constamment en apnée, je ressens le besoin de me faire du mal.

J’ai peur de moi-même, car je ne sais pas de quoi je suis capable ; je suis déjà passée à l’acte plusieurs fois sans même en avoir conscience.
Pendant mes crises, je ne me reconnais plus.

Etes-vous suivis par un psychologue/psychiatre ?

Je suis suivie psychologiquement par une psychiatre que je vois toutes les trois semaines. La psychiatre est concerné par les différents ressentis que je peux avoir et les différentes crises que j’ai pu traverser ; on met alors en place un traitement médicamenteux.


Pour en parler, vous pouvez également être en contact avec des associations telles qu’ARGOS 2001 et Unafam qui vous accompagneront tout au long de vos cycles !

Prenez-vous un traitement ?

Oui, je suis sous traitement depuis 2015.
J’ai essayé plusieurs molécules afin de trouver celle qui me correspond le mieux. Mon traitement est journalier donc je prends mes médicaments tous les matins, les soirs et au coucher.

Peut-on parler de guérison ?


J’ai toujours pensé que la guérison totale est impossible, car il s’agit ici de troubles de la personnalité. On doit l’apprivoiser et apprendre à vivre avec la maladie.
On peut tout de même trouver une certaine stabilité en parlant et en pratiquant de nouvelles activités.

Pour ma part, j’ai découvert le scrapbooking en clinique. C’était une superbe découverte. Avec le temps, je m’améliore et partage mes créations sur les réseaux sociaux !  
J’adore le loisir créatif, cela me change les idées !
Plus tard, j’aimerais vivre de ma passion et devenir auto-entrepreneuse. Ca serait un réel défi pour moi !

Je vous conseil de trouver une activité qui vous fera changer vos esprits et qui créera un réel équilibre dans vos vies ! 

Quel message aimerez-vous partager aux personnes bipolaires et borderlines qui aimeraient s’en sortir ? 

Malgré la maladie, il faut toujours se relever et continuer à gravir la montagne de la vie. Continuez à vous battre jusqu’à y arriver !
Lâchez prise, essayez du moins.

Prenez du recul. Gardez espoir !
C’est un peu ça le cheminement de la vie finalement ; comme un bébé qui apprend à marcher ; il tombe, mais se relève aussi tôt jusqu’à réussir à rester debout.

You Might Also Like

Leave a Reply