La beauté des mots

Community Manager et Webmaster éditorial depuis 2006 au Collège de France, établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, David Adjemian nous partage son parcours authentique.

Contrairement à ce que l’on pense, David Adjemian n’a pas eu cette idée prédéfinie de devenir Community Manager/webmaster éditorial. En effet, Il commence par étudier la philosophie dans le but de devenir professeur. Par la suite, il bifurque dans un autre domaine en travaillant dans un foyer pour handicapés mentaux en tant que veilleur de nuit. Plusieurs années se sont passées et il trouve un engagement dans un cabaret avant d’accéder au Collège de France en 2006.

A l’époque, travailler dans l’informatique n’avait pas grand sens, il explique que les métiers de la communication digitale étaient des métiers qui n’existaient pas ; jusqu’au jour où le Collège de France rechercha quelqu’un pour mettre du contenu en ligne tels que des PDF et Agendas.

A partir de 2010-2012, on lui donne la responsabilité de gérer le compte Facebook de l’institution et il prend une agréable liberté. Son but est de mettre en ligne les informations qu’on lui transmet. Il met en valeur l’administration et les cours de cinquante professeurs différents. Parfois il doit également expliquer le fonctionnement des systèmes aux personnes démunies ; la fracture numérique est bien présente.

Pour la partie Community Manager,il analyse les articles sur le collège de France, vérifie si ce sont des articles dédiés au public ou aux abonnées. Sur les réseaux sociaux, Il anime la communauté de façon un peu ludique en revenant sur une information solide et intéressante.

Selon lui, les qualités importantes pour pratiqués ce métier sont : la rigueur, la rigidité et la finesse d’esprit. C’est un métier très technique et pédagogue où il faut énormément communiquer pour trouver des solutions ; où il faut rendre service.

En parallèle avec son métier, il continue à écrire. En 2010, il publie son premier livre nommée « L’âme de la chanson ». En février 2020, il publie son deuxième : « Nos amours parisiennes ». A chaque arrondissement, le lecteur s’imprègne d’une belle histoire d’amour.Ce texte lui ressemble et  exprime ce qu’il ressent. Il essaye de travailler sur les principes et avec beaucoup de liberté. David Adjemian par la beauté de ses mots, conclut en disant : « Il y a un moment dans l’écriture où il faut se laisser rêvasser et se laisser du temps ».

Je suis tout d’abord très reconnaissante d’avoir pu interviewer David Adjemian, un homme de bon sens, qui a cette réflexion d’esprit que je trouve très intéressante. Cet interview m’a rassuré dans le choix que j’entreprends ; Le journalisme-rédacteur de presse me correspond totalement, j’aime cet aspect de découvrir de nouvelle personnalité, découvrir leur vision des choses et pouvoir en discuter. Selon moi, il est important de se cultiver mais surtout d’écouter nos passions.

You Might Also Like

Leave a Reply